OPTIMISER et MANAGER LES RESSOURCES DES COMITÉS DE DIRECTION LE CAPITAL HUMAIN

OPTIMISER et MANAGER LES RESSOURCES DES COMITÉS DE DIRECTION LE CAPITAL HUMAIN

EXECUTIVE CAPITAL GAIN: Rémunération incitative des dirigeants

  

Comment accroître, sans aspect inflationniste, 

la richesse de l'actionnaire et de l’entreprise 

par une forte motivation du dirigeant.  

  

  

Par définition, l'un des rôles du dirigeant est d'accroître la richesse de l'actionnaire et de l’entreprise(actionnaire doit s’entendre dans ce texte comme l’ensemble de l’actionnariat, et dirigeant comme équipe dirigeante). 

Mais comment motiver un dirigeant normalement efficace - car bien choisi - pour qu'il se surpasse et accroisse la richesse de l'actionnaire et de l’entreprise au delà de ce qui est considéré comme
« normal ».

Sûrement, pas seulement par le salaire, car ce dirigeant, qui est bon, est déjà bien payé. De plus distribuer des sursalaires conduirait à une situation inflationniste, et on se retrouverait quelques années plus tard au même niveau. 

Par un intéressement aux objectifs ? certes, mais à quel niveau, à quel horizon, sous quelle forme et surtout pour quels objectifs ?

 

La plupart des systèmes mis en place aux U.S.A et en Europe

 pour efficaces qu'ils aient été pêchent par quatre points.  

 

1 Les objectifs de l'actionnaire sont exprimés de manière simpliste en fonction de la préoccupation du moment. La valorisation des actions de l’entreprise est liée à la volatilité des cours de bourse.

2 Ces objectifs sont généralement fixés à un horizon donné, en général court, ce qui conduit le dirigeant à se focaliser sur cet horizon sans se préoccuper des conséquences antérieures et ultérieures. 

3 La défiscalisation de l'intéressement du dirigeant est considérée comme une fin et non comme un moyen parmi d'autres.

4 Les effets pervers du système ne sont pas assez étudiés a priori et peuvent - même inconsciemment - être mis à profit par le dirigeant avec des conséquences néfastes pour l'actionnaire et l’entreprise.

 

S'appuyant sur son expérience de recrutement de centaines de dirigeants, sur une réflexion conjointe avec des spécialistes universitaires ou praticiens américains et européens, OMR Conseil a développé une méthodologie propre ( E.C.G. ) à faire coïncider en permanence et sur la durée, les réflexes du dirigeant avec les objectifs de l'actionnaire et de l’entreprise, en comblant les lacunes ci-dessus.

 

« E.C.G. » : EXECUTIVE CAPITAL GAIN 

 

Son but est d'obtenir pour l'entreprise et ses actionnaires la meilleure performance, et la fidélisation des principaux dirigeants en bâtissant un système de rémunération motivant et cohérent avec les objectifs à long terme poursuivis. La démarche « E.C.G. » est totalement sur mesure. Elle est réservée exclusivement à un nombre limité de dirigeants, les hommes clés de l'entreprise, après identification de critères de performances individuels liés aux objectifs stratégiques.

 

Les trois phases de la démarche : 

 

 1. Réunir les éléments d'information nécessaires à la définition d'une solution efficace, 

avec l'environnement de la société, selon quatre volets. 

  • Préciser puis définir des objectifs réalistes pour l'actionnaire et l’entreprise et faire partager la conviction de ce réalisme au dirigeant en notant qu'il ne s'agit pas d'un objectif à horizon donné, mais plutôt d'un ensemble d'objectifs évolutifs dont certaines phases prendront la forme de contraintes.
  •  Fixer le degré de latitude du dirigeant, en vérifier la cohérence avec la chaîne d'objectifs et de contraintes, mettre d'accord l'actionnaire, l’entreprise et le dirigeant sur l'ensemble des moyens éventuellement utiles.
  •  Délimiter les contraintes à respecteren matière de rémunération et de gestion du dirigeant.
  •  Examiner la situation patrimoniale présente du dirigeant et son évolution naturellement probable.

2. Élaborer la solution en choisissant les "monnaies" de paiement. Trois actions : 

  • Construire progressivement le système en évaluant l'intéressement du dirigeant au voisinage de la chaîne d'objectifs de base mais aussi dans des conditions limites qui feront apparaître les effets pervers que l'on doit éliminer.
  •  Modifier la construction pour éliminer ces effets pervers.
  •  Une fois la solution retenue, la transformer de manière à la rendre fiscalement la plus neutre possible. C’est le rôle du conseiller fiscal de l’entreprise.

3. Enfin et après accord des deux parties, rédiger les documents contractuels. 

L'originalité de la méthode « E.C.G. » développée par OMR Conseil tient à une démarche exhaustive permettant d'examiner l'ensemble des formes et des dates d'attribution patrimoniale liées à la performance du dirigeant, et surtout de comprendre comment éliminer les effets pervers que le dirigeant (ou l'actionnaire) pourrait utiliser à son profit exclusif dans certaines conditions exceptionnelles. 

 

Dans la mise en œuvre de cette démarche, les consultants d’OMR Conseil offrent 

l'alliance de leur : 

 

  • Compétence en recrutement de cadres dirigeants.
  • Connaissance du métier concerné.
  • Expérience de collaboration avec des spécialistes de la fiscalité.

Par les résultats obtenus, cette démarche devient un facteur clé du succès de la stratégie poursuivie par l'entreprise.

 

Pour en savoir plus

 

Contacter: René Occhiminuti 06 23 23 89 70 ou occhiminuti@omr-conseil.com



30/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres